Au pied des murs…

… on se sent parfois minuscule, surtout lorsqu’on lève les yeux sur les réalisations des artistes du Festival MURAL. Chaque année depuis 2012, des génies de l’art urbain se retrouvent à Montréal pour peindre des fresques sous le regard médusé des passants. L’immensité des surfaces est un terrain d’expression parfait pour leur imagination fertile, qui stimule notre réflexion et donne l’envie de créer ou de rêver… en grand.

Une nuit au firmament

J’ai eu l’immense privilège d’assister à la Soirée des Étoiles qui a clôturé, dimanche 6 août, le Festival des Arts de Saint-Sauveur. Un moment inoubliable en compagnie de danseurs exceptionnels. La proximité du public avec la scène a donné à cette représentation une dimension particulière, à la fois spectaculaire et intimiste. Mes yeux ont dévoré tout ce qui s’offrait à eux : La virtuosité et la beauté des lignes, mais aussi les regards brillants de passion, les poitrines soulevées par la respiration, les muscles tendus par l’effort et une infinité de détails donnant aux prouesses techniques cette touche d’humanité et de réalisme qui nous rapproche tant des artistes.

Je retiendrai l’énergie débordante et la gaieté communicative de Daniel Ulbricht, danseur principal au New York City Ballet, qui a ouvert le bal avec l’impressionnant Gopak, fusion de danse traditionnelle ukrainienne et de ballet classique. Nous l’avons ensuite retrouvé dans un autre solo, Tatum Pole Boogie, mettant en valeur sa vélocité, puis dans un duo endiablé avec sa partenaire Danielle Diniz, Sing, Sing, Sing, qui m’a rappelé les envolées de Gene Kelly et de ses complices.

J’ai été touchée par la détermination et la grâce de Calley Skalnik et Laurynas Vejalis, jeunes danseurs prometteurs du Ballet National du Canada, qui ont relevé avec brio le défi que constitue le Grand pas classique, monument du répertoire.

L’extraordinaire fluidité de la sculpturale Drew Jacoby et de son partenaire Matt Foley, dans One et I Fall for you, m’a fascinée. En clair-obscur ou sous des lumières stroboscopiques, entre ballet classique et danse contemporaine, leurs corps brouillent les codes et s’attirent irrésistiblement.

J’étais impatiente de  pourvoir enfin voir Friedemann Vogel, joyau du Stuttgart Ballet, en chair et en os. Il a tout d’abord partagé la scène avec Guillaume Côté dans le poignant Chant du compagnon errant, duo signé par Maurice Béjart. Puis il a fait la démonstration de la parfaite maîtrise de son art dans Cadavre exquis, une pièce sensuelle et envoûtante, spécialement créée pour lui par Guillaume Côté.

Le spectacle s’est achevé avec le pas de deux du Cygne Noir (extrait du Lac des Cygnes), interprété par Heather Ogden et Guillaume Côté. Comme toujours, j’ai vibré aux accents insolents de la chorégraphie, et je suis restée sur le bord de mon siège lors des incontournables « trente-deux fouettés », mais j’ai été surtout émue par la complicité des danseurs et leur bonheur de partager cet instant sur scène.

J’ai beaucoup apprécié de pouvoir interagir aussi facilement avec les artistes et les directeurs Guillaume Côté et Étienne Lavigne à l’issue de la représentation. Cette ouverture et ces échanges sans barrière sont des moments très précieux. J’encourage vivement ceux qui ont pu assister à cette soirée mémorable, ou aux autres spectacles donnés dans le cadre du Festival, à partager leur expérience sans modération et à faire connaître cet évènement. L’édition 2018 est déjà inscrite à mon agenda…

******

Pour en savoir plus sur le Festival :

http://festivaldesarts.ca/

https://www.facebook.com/FestivalDesArtsDeStSauveur/

https://www.instagram.com/explore/locations/956361154/festival-des-arts-de-saint-sauveur/

https://twitter.com/StSauveurFest

« Mais ils m’ont planté, tout au fond du cœur, un bout de leur soleil et tant de couleurs, que ça m’a fait mal, que ça m’a fait mal… » – Edith Piaf, Les amants d’un jour

Le spectacle Rouge, présenté dans le cadre du Festival Montréal Complètement Cirque, a été prolongé jusqu’au 30 juillet à la Place Émilie-Gamelin, pour le plus grand bonheur des spectateurs. Je m’y suis précipitée avec ma boîte à trésors et mes yeux d’enfant, trop heureuse de pouvoir enfin y assister. Dans cette création, les acrobates nous parlent d’amour. Les corps s’attirent et gravissent des sommets, dansent avec passion et défient la gravité, lors d’une succession de tableaux explosifs et poétiques. J’ai tenté de recueillir quelques instants de ce beau vertige, que je tenais à partager avec vous.